Exposition "Dancing Machines" à Besancon du 2 février au 26 avril 2020

Du

2 dimanche février 2020

au

26 dimanche avril 2020

14h00

Frac Franche-Comté Frac Franche-Comté

Etat : Annulé

Plus d'infos sur l'Exposition "Dancing Machines" à Besancon

En 2020, la programmation du Frac sera consacrée au dialogue entre danse et arts visuels autour de deux expositions collectives : Dancing Machines et Danser sur un volcan, et d'une exposition monographique consacrée à Cécile Bart.

L'image première et fondatrice est celle de notre propre reflet. C'est elle qui permet la prise de conscience de soi, de notre altérité et qui induit notre relation à l'Autre. Les représentations que nous avons de nous-même sont donc le fruit d'une négociation avec le monde qui nous entoure, avec le corps des autres, avec l'image que nous avons des autres.

Dans le domaine artistique, la représentation du corps est le reflet de nos conceptions religieuses et philosophiques successives. Notre histoire de l'art et de la danse fait état de leur évolution comme des grands bouleversements sociétaux et idéologiques que nous traversons. Avec les horreurs du XXe siècle, les guerres et les génocides - qui se perpétuent encore aujourd'hui - les représentations du corps ont balayé les codes traditionnels, prenant acte d'un effondrement de l'humanisme.

Ainsi, après les corps défigurés, tourmentés, déchirés, désarticulés, fragmentés d'Edvard Munch, Pablo Picasso, Jean Fautrier, Alberto Giacometti ou Francis Bacon, pour ne citer que ceux-là, est venu celui de l'art « posthumain », intrinsèquement lié aux progrès de la génétique, de la chirurgie esthétique et des biotechnologies.

Parallèlement, l'histoire de la danse au XXe siècle témoigne d'une identique remise en question des codes académiques pour expérimenter le champ des possibles du corps et s'acheminer vers plus d'expressivité et de liberté. Au gré de la complexification de ses partitions, la danse s'est rapidement intéressée à l'étude des potentialités internes du corps (de L'Homme de Vitruve de Léonard de Vinci à la Kinésphère du danseur, chorégraphe et théoricien de la danse Rudolf Laban), pour tenter d'en dépasser les contraintes.

Partant du constat qu'avec les happenings et performances, les artistes font de leur propre corps une oeuvre d'art, tout en élargissant leur discipline au champ de l'art vivant sans jamais s'y fondre, et que les chorégraphes empruntent au champ de l'art contemporain, l'exposition Dancing Machines interroge la façon dont ces disciplines dialoguent et celle dont les artistes et les chorégraphes représentent et montrent le corps aujourd'hui, sous l'angle de ses limites et contraintes internes.

Au sein de cette exposition, qui rassemble des oeuvres plastiques ou performatives d'artistes visuels et de chorégraphes, trois problématiques sont ainsi abordées : le corps-rotule, le corps-objet et le corps technologique.

L'exposition, largement participative, invite le public à manipuler, expérimenter, mettre en jeu son propre corps. Tour à tour promeneur ou acteur, abandonné ou rêveur, seul ou en groupe, le visiteur éprouve physiquement les oeuvres et s'engage dans une relation presque intime avec l'exposition. Des performances des danseurs et artistes Laurent Goldring, Noé Soulier, Esther Ferrer et Wagner Schwartz seront également proposées tout au long de l'exposition.

Site web : https://www.frac-franche-comte.fr/fr

Infos réservation :

03 81 87 87 40
reservations@frac-franche-comte.fr